« Délation ou Dénonciation » *



En France, il subsiste un esprit délétère qui remonte à la dernière guerre mondiale, une patate chaude qui se passe de génération en génération depuis 70 ans au point qu’aujourd’hui on ne connaît même plus ni définition, ni signification du mot délation, et pas plus ceux du mot dénonciation. En fait, on fait un bizarre amalgame au point que tout est devenu délation. Le dernier exemple de cette confusion a été lu dans « La Provence » du 25 février 2014 : un journaliste, au sujet de la dénonciation d’une salle clandestine de jeu de loto, écrivait : « la délation à la française a encore de beaux jours devant elle ». Et pourtant, il est souvent utile de prendre le dictionnaire, puis de tourner son stylo sept fois dans l’encrier avant d’écrire des inepties.

Ainsi, une délation a deux significations distinctes - voir TLFi » * :

    • Dénonciation, généralement secrète, dictée par des motifs vils et méprisables.
    • Action de déférer

Un mot à ne pas confondre avec dénonciation :

    • Action de faire connaître une chose (généralement désagréable).
    • Action de dénoncer à la justice une infraction dont on n'est pas lésé.

Si la délation est répréhensible selon la première définition ci-dessus, la dénonciation est un acte républicain. D’ailleurs, tous les journalistes la pratiquent à longueur de colonnes dans leurs journaux et périodiques, et parfois… jusqu’à la délation ! Les hommes politiques aussi.

Il est vrai qu’en France, il y a un fort oubli pour dénoncer ce qui est une infraction – cela s’appelle l’omerta qui rend complice de l’acte celui-qui-sait-et-qui-se-tait. D'ailleurs, les fonctionnaires savent ou devraient savoir que, dans l'exercice de leur fonction, ne pas dénoncer un acte délictueux les rend judiciairement complice.

Ceci se retrouve dans les actes nommés incivilité, pour lesquelles la première étape de la dénonciation est de le dire à la personne en infraction – mieux ne vaut pas le tenter à Marseille. En Suisse alémanique, c’est une honte que d’être rappelé à l’ordre pour une action qui ne doit pas se faire – c’est le Baba du savoir-vivre avant même le Code civil. Nous avons encore un long chemin à faire en France.

Christian de Mittelwihr

 

* Pour une bonne définition des mots : le Trésor de la Langue Française informatisé (TLFi) un site à visiter le plus souvent possible, et plus par les journalistes et autres personnalités médiatiques ou médiatisées. Reste toujours et pour tous le « tourner sept fois sa langue ou son stylo… »


précédent
Blogade 9 - Mise en ligne le  26 février 2014

suivant