Les livres électroniques sont là !

(e-books, e-papers, e-mémoires... la révolution dans l'édition)



      Pour le grand public, il y a quelques années, le flop de l’e-book (ou livre électronique) était prédit pour diverses raisons, dont son prix. Et pourtant, l'usage de l'édition électronique professionnelle poursuivait tranquillement son chemin dans les « sciences dures » au point que depuis quelque deux ans, le support-papier a pratiquement disparu pour une diffusion entièrement en PDF, en même temps que le courrier postal pour était remplacé à plus de 90% par le courrier électronique. De plus en plus de journaux scientifiques des grands éditeurs sont sous la pression de journaux en ligne en « Open Access » avec des éditeurs scientifiques 1. La publication de Mémoires en ligne – devenu des e-Mémoires – peut être se faire à moindre frais et en quelques semaines, sans limites de pages, figures, vidéo 3D, animation, références… Aujourd'hui, les bibliothèques universitaires proposent plusieurs milliers de livres électroniques pour ses étudiants, enseignants et chercheurs, à télécharger depuis les locaux universitaires ou de la maison. Elsevier, par exemple, annonce un catalogue de plus de 30 000 livres électroniques.

      Cette tendance a commencé avec le développement de l’Adsl dans le grand public et la liaison universitaire à très haut débit par Renater-CNRS dans les laboratoires de recherche. Certes, le scientifique travaille face à son écran, imprimante à ses côtés, alors que le public préfère lire un e-book avec un lecteur spécifique, laissant le choix du lieu de lecture.

      Ces lecteurs  sont devenus séduisants avec un bon confort de lecture. Mais les prix varient entre 350 (comme le Kindle d'Amazon) et 600 € ; les livres entre 4 et 10€, et de plus en plus sont gratuits 2. Quand les lecteurs avoisineront les 100€, le marché de masse s’ouvrira. D’ailleurs les quotidiens et magazines pourraient aussi venir investir ce média : Les Echos ont déjà lancé leur édition « e-paper » en septembre dernier.

       Pour tous, ce choix est sans conteste économique plus de coûts d’impression, de papier, de transport, de distribution… et plus de stockage en rayonnage, mais aussi environnemental avec la réduction de l’énergie, des matières premières (notamment les forêts). Et bien d’autres avantages, comme les dictionnaires, les traductions multilangues, la lecture vocale ce que les ordinateurs savent déjà faire…

       Pour ceux qui se veulent amateurs de livres en papier (leur odeur, leur toucher, leur ravage environnemental et énergétique), ils auront quelque doute en se rappelant la disparition brutale de la photographie argentique. Le e-book risque de suivre la même progression, malheur aux éditeurs qui seront restés dans l’impression sur papier. Le numérique, après avoir conquis la musique, la video, la photographie, va envahir et révolutionner l'édition et sa diffusion.

 Christian de Mittelwihr


1 Par exemple : les « Carnets de Géologie – Notebooks on Geology » et le ring « Geoscience – e-journals »

 2 Deux adresses pour des e-books gratuits : « http://www.ebooksgratuits.com/ » et « http://www.livrespourtous.com/ »


précédent
Blogade 6 - Mise en ligne le  14 juillet 2008

suivant