« Le voile, dans les us et coutumes... françaises » *



En écoutant et en lisant les derniers débats sur le voile, il me revient en mémoire le port du « voile » qui s’appelait plutôt fichu, châle, foulard… par les chrétiennes. Ce fut à l’époque de ma jeunesse autour des années 1950, en Alsace. Une femme catholique ou protestante n’entrait pas à l’église (certes les temples n’y existent pas ! je suis luthérien… de la Confession d’Augsbourg) sans avoir la tête couverte et les hommes ne sortaient pas de la maison sans un chapeau, un béret, une casquette, qui s’enlevait dès qu’on entrait dans un lieu couvert. Les habitudes au moins dans ma jeunesse ont rapidement changé pour plus de liberté vestimentaire tout en respectant la bienséance.

Certes celles qui parlent du voile musulman n’ont pas connu cette période, mais qui fait partie de notre histoire métropolitaine. Les pieds-noirs eux se souviennent qu’en Algérie les musulmanes n’étaient pas voilées ou peu d’entre elles.
Alors il faut bien justifier ce voile selon des critères non historiques, mais actuels. Chacune a de bonnes raisons de le porter ou pas. Aucune ne se demande ce qu’en pense ceux et celles qui la croisent : à Marseille, ces avis seront diamétralement opposés selon qu’ils sont émis dans les quartiers Nord ou dans les quartiers Sud.

Et dans ce dialogue, souvent de sourd où la vraie religion n’a plus sa place, c’est quoi exactement que le voile : pour les unes, c’est cacher les cheveux sans plus et pour cela pas besoin d’être musulmane pour mettre un fichu sur la tête, ni une bonne-sœur, d’autant qu’il peut être joli, coloré, gai,  à moins que l’islam soit triste, gris ou noir. Pour beaucoup d’autres, c’est une tenue vestimentaire complète qui n’a rien de locale (sauf peut-être à Marseille !), rien à voir avec le voile, rien de musulman au sens général non plus, mais coutume vestimentaire importée du pays d’origine et anachronique en France. Et là se pose à nouveau la question : peut-on être musulman(e) et français(e) ? Ou aussi qu’est-ce être français(e) et musulman(e) ? Pour tout pratiquant religieux français, la réponse devrait être similaire, sinon la même, que l’on soit protestant, catholique, juif, musulman… Il faut d’abord respecter l’autre si l’on veut qu’il vous respecte et cela demande civilité, tact, politesse, donc respect du Savoir-vivre (ensemble).

Christian de Mittelwihr


* Quelques définitions de "voile" d'après ATILF :

  • Pièce d'étoffe légère et transparente dont les femmes se couvrent la tête, le visage et parfois une partie du corps, soit de façon habituelle, soit à l'occasion de certains événements ou de certaines cérémonies. Ex. Voile de mariée,

  • Pièce d'étoffe légère mais opaque que portent en public les femmes musulmanes
  • Pièce d'étoffe qui recouvre la chevelure des femmes musulmanes.

  • Prendre le voile (pour une femme). Entrer en religion (catholique).

Au fig.
  • 1. Tout ce qui cache, dissimule, altère la réalité.
  • 2. Tout ce qui obscurcit, rend moins nette l'apparence, la réalité des choses et des êtres vivants.

précédent
Blogade 11 - Mise en ligne le  22 avril 2016